Critiques littéraires du mois d’avril 2017… L’Amour des Mots

Le mois d’avril touche à sa fin et en ce long weekend du 1er mai un peu frisquet, j’achève ma dernière lecture.

L’adage « En avril, ne te découvres pas d’un fil » n’est que vérité… Quel horrible temps ! Un temps à se glisser sous la couette avec un livre, un thé, un chat…  Un peu trop cliché ? Bon ok… Remplacez thé par chocolat chaud, et chat par chéri ou peluche et vous avez l’après-midi parfaite !

Ce mois-ci, j’ai eu moins de temps pour lire car j’avais mes partiels finaux (pour dire adieu à la 3ème année) mais bizarrement, j’ai lu plus de livres que ces derniers mois dans le même laps de temps.

Allez on est parti, petit remake de mes découvertes littéraires d’avril :

Premier livre : Chanson Douce de Leïla Slimani 

Le fameux Prix Goncourt 2016…

Capture d_écran 2017-04-29 à 22.32.44Et bien, que dire… L’auteur, avec son style piquant et son choix des mots, m’a plongé dans un état de dérangement extrême. Ce livre m’a profondément mis mal à l’aise par son atmosphère lourde, glaciale, ainsi que par la lente déchéance des protagonistes, inconscients de leur descente aux enfers, à laquelle on assiste impuissants… Tout en connaissant l’issue tragique que connait cette famille.
Le personnage terrifiant de Louise, les petits détails de leur vie, la folie qui suintent de ce livre en font une oeuvre particulièrement anxiogène. Les « images » en elles-même sont soft car il n’y a rien d’insoutenable ou de gore (mis à part la description des premières pages), mais c’est l’ensemble du scénario, la thématique et particulièrement le personnage de cette nounou, Louise, qui rendent ce livre troublant, perturbant. Je ne saurai dire si j’ai aimé ou si je n’ai pas aimé. Je peux simplement assurer le fait que Leïla Slimani a le talent de jouer avec les mots, avec la langue française, en plongeant le lecteur dans une histoire lourde et sordide qu’il ne risque pas d’oublier de sitôt… 🥀

Second livre : L’écorchée de Donato Carrisi

J’ai découvert Donato Carrisi il y a bien six ans de cela, en volant le livre que mon père avait reçu pour son anniversaire. Il s’appelait le Chuchoteur. Je crois que c’est le premier vrai thriller que j’ai lu (si on enlève bien entendu les célèbres enquêtes d’Hercule Poirot). Il m’a profondément marqué. Tout est parfaitement orchestré, l’intrigue est excellente, le suspense impressionnant… Je croyais réellement être membre à part entière de cette histoire, tant le talent de l’écrivain nous plonge dans son univers. Cinq petites filles disparaissent à quelques semaines d’intervalle. On retrouve six petits bras gauches enterrés dans une clairière. À qui appartient le sixième bras ? Je l’ai tellement lu et relu que je connais des passages par coeur…Capture d_écran 2017-04-29 à 22.52.05
Ce weekend, j’ai acheté l’édition de poche et par la même occasion, L’Ecorchée, roman que je ne connaissais pas encore. Je l’ai lu et effectivement, j’ai été un peu déçue. Mais comme nous disions : lorsque le premier livre est un véritable bestseller, il est souvent bien difficile de faire mieux. Néanmoins, l’intrigue est bonne et les personnages sont attachants. Nous retrouvons l’agent Mila Vasquez, âme torturée qui recherche désormais les personnes disparues directement depuis le département des Limbes. Elle se lie d’amitié avec un policier paria et ils s’associent pour enquêter sur la mystérieuse réapparition de personnes disparues qui reviennent pour commettre des meurtres.. Encore un Chuchoteur ? Le premier chapitre m’a particulièrement touché par sa violence… J’ai retrouvé la plume de Carrisi dans ces premières pages mais malheureusement, cela n’a pas continué. J’adore tout de même cet auteur et je vous le recommande vivement.. Particulièrement Le Chuchoteur ! Il domine de loin tous les thrillers que j’ai pu lire. 👌🏻

Troisième livre : Titus n’aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai 

« Je l’aime, je le fuis. Titus m’aime, il me quitte. »

J’ignore pourquoi il m’a fallu plus d’une centaine de pages pour comprendre que le jeune Jean – dont l’auteur raconte la vie – est en réalité le grand Jean Racine. Mon cerveau n’a pas réussi à faire le lien entre les deux… Etrange !
L’histoire commence par un court rappel de la rupture de Titus avec Bérenice, puis on enchaine sur une autre rupture, à notre époque cette fois ci, pendant quelques pages… Et ensuite on découvre la vie du célèbre dramaturge. Et puis on revient au Titus et à Bérénice d’aujourd’hui. Capture d_écran 2017-04-29 à 22.51.59Un peu trop d’histoires… Je n’ai pas particulièrement aimé l’histoire en elle-même, malgré le début qui m’a pourtant beaucoup intéressé. Le style est bon et la manière d’écrire est très intéressante. Mais la ponctuation est inexistante lors des dialogues : ceux-ci se font en prose. On lit leurs répliques comme on lirait un discours ou un monologue… C’est amusant !
J’ai néanmoins adoré certaines tournures de phrase dont seul l’auteur a le secret.

« Chaque fois que votre Phèdre meurt, c’est toute l’âme humaine qui s’amenuise » 🥀

« Titus n’aimait pas Bérénice » ne m’a certes, pas emballé mais il m’a donné l’envie de relire du Racine et pourquoi pas de découvrir de nouveaux livres historiques … 📖

Quatrième  livre : L’Amant de Marguerite Duras 

Capture d_écran 2017-04-29 à 22.51.52
Je la découvre, je la déguste. Lentement. Amoureusement. J’aurai voulu retarder ma lecture, mais j’avais soif de ces mots, de ses écrits. Et le voyage en train a eu raison de moi, je l’ai terminé 😩 Vite, vite, donnez-moi en un autre à lire ! Quel livre de Marguerite Duras a votre préférence ? 🌸
« Il lui avait dit que c’était comme avant, qu’il l’aimait encore, qu’il ne pourrait jamais cesser de l’aimer, qu’il l’aimerait jusqu’à sa mort. »

Cinquième livre : Demain j’arrête ! de Gilles Legardinier

J’ai laissé de coté « les Furies » pendant quelques jours car qui dit « vacances » dit « légèreté » Je n’ai pas été déçue avec cette pépite ! C’est bien simple, c’est la première fois qu’un livre me fait autant rire. 😂 C’est l’histoire d’une jeune femme un peu maladroite, un peu folle qui a été déçue de nombreuses fois par les garçons qu’elle a connu. Un nouvel habitant du nom de Ricardo Patatras s’installe dans l’immeuble mais malgré tous ses efforts pour le croiser, elle n’y parvient pas. Vient alors toute une série de petites catastrophes dont elle est la protagoniste… En voulant regarder son courrier (l’espionne!) elle fait tomber sa petite lampe de poche dans la boite aux lettres et en tentant de la récupérer, elle se coince la main. Qui arrive à ce moment là ? Je vous laisse deviner… 😉Capture d_écran 2017-04-29 à 22.51.44
Evidemment, ce nouveau voisin au nom atypique est tout ce qu’on peut qualifier de charmant. Elle va alors tout faire pour le séduire. Parmi ses actes délirants, elle va casser son ordinateur pour qu’il vienne le réparer (sauf qu’il va exploser en plein milieu du diner romantique qu’elle a mis des jours à préparer), se prétendre marathonienne, organiser une filature avec sa meilleure copine déguisée en péruvien…. Je vous le conseille mille fois si vous êtes un peu déprimée. Rien ne plus facile à lire et surtout, rien de plus drôle.
Le plus étonnant c’est que ce livre qui décrit le quotidien de cette jeune femme un peu à l’ouest a été écrit.. par un homme ! À dévorer sans plus tarder. 🌸

Sixième  livre : Souvenirs de la cour d’assises d’André Gide 

Fasciné par la machine judiciaire comme par les aperçus des replis de l’âme humaine que lui apporte son expérience de juré, l’écrivain André Gide assiste pendant plusieurs semaines à divers procès : affaires de moeurs, infanticides, vols… Capture d_écran 2017-04-29 à 22.51.38Dans ce texte dense et grave, Gide s’interroge sur la justice et son fonctionnement, mais surtout insiste sur la fragile barrière qui sépare les criminels des honnêtes gens.  Et puisque nous parlons de Cour d’Assise et de procès en tout genre, j’ai une pensée toute particulière pour ma merveilleuse Maman. Sur cette photo que j’adore, elle est belle et majestueuse dans sa robe d’avocat. La classe ! Avis aux amateurs d’éloquence et de conseils en tout genre, son groupe Facebook « Pitch my job – Rhetoric & Eloquence » ici vous attend les bras grands ouverts !

Septième  livre : Mon cher petit Lou de Guillaume Apollinaire

 Une Ode à l’Amour et au désir sentimental et charnel. Nous trouvons dans ce tout petit Capture d_écran 2017-04-29 à 22.51.28livre plus de trente lettres de Guillaume Appolinaire adressées à Louise de Cologny-Châtillon. Divorcée et indépendante, elle se promet à lui, pour mieux se refuser ensuite. En septembre 1914, il part à la guerre. Il lui raconte la vie d’un soldat à l’aube de son premier combat et se consume d’amour pour sa Lou, qu’il désire au plus haut point. Le texte est ponctué de temps à autre par de petite calligrammes, poèmes écrits sous la forme d’une pipe à opium ou d’un palmier sur une île, directement reproduits selon les lettres d’Appolinaire. Cela rend le texte moins facilement lisible mais bien plus émouvant que s’il était banalement recopié.
C’est une lecture facile et rapide, mais débordante d’amour. 


« Mon Lou, je vous aime chaque jour mille fois davantage que la veille »
« Lou adoré, je te promets de t’aimer toute ma vie et de n’aimer jamais que toi.
Tu es ma seule femme à jamais et toujours, toujours je te serai fidèle »
« Mon amour si grand pour toi trouve moyen de grandir encore dans l’absence et il grandira sans cesse quand nous serons l’un près de l’autre »

Huitième  livre : Une ombre chacun de Carole Llewellyn

Ce livre est incroyable, criant de vérité et d’actualité. Il reflète parfaitement notre société et la détresse que certains ressentent, emprisonnés dans la violente bulle du paraître. Le paradoxe est inquiétant : on cherche à protéger notre intimité tout en développant une transparence presque ridicule. Les personnages de Clara et Seven sont très attachants mais je dois avouer ressentir une très légère préférence pour Clara qui m’a particulièrement touché. .
Clara disparait. Seven est engagé pour la retrouver. En quête d’eux même, ils vont finir par se trouver.

J’ai du relire certains passages, tant, dans ma hâte de découvrir l’issue de cette quête, je sautais quelques lignes.Capture d_écran 2017-04-29 à 22.51.13 L’auteur, @carolellewellyn que j’ai eu la chance de rencontrer brièvement lors de sa séance de dédicace, possède, sans nul doute, le merveilleux don de l’écriture. Sa plume est douce, puissante et convaincante. Je suis passée par mille émotions lors de la lecture de son oeuvre et certaines phrases, certains assemblages de mots m’ont marqué. Je les ai noté dans mon petit carnet, non pas pour les utiliser plus tard mais parce que je les trouve pleins de justesse, de sentiments.

J’ai eu peur, un certain moment, d’avoir définitivement perdu Clara…

« Elle avait reconnu dans ses yeux une solitude, un désespoir qui lui était familier. » 

Moi qui cherchais une nouvelle découverte, un coup de coeur, je crois bien l’avoir trouvé. Cela fait plusieurs mois qu’une lecture ne m’avait pas transformée de cette manière. Je ne peux que vous le conseiller, achetez-le, dévorez-le, ressentez-le. Aimez-le. .
J’attends avec impatience le roman qui suivra cette oeuvre. 🌸

Neuvième  livre : La nuit du renard de Mary Higgins Clark

Ce week-end, j’ai lu ce petit livre à l’odeur de vieux papier que j’avais déniché, il y a quelques semaines, dans une librairie d’occasion.

Un thriller haletant, du grand Mary Higgins Clark !

Aux amoureux d’intrigues en tout genre, jetez vous sur ce livre si ce n’est pas encore Capture d_écran 2017-04-29 à 22.51.03déjà fait. Il fait parti de ces livres qu’on ne peut reposer avant d’avoir terminé la toute dernière page. Une course contre la montre pour tenter de sauver une femme et un petit garçon enlevés par un psychopathe. L’angoisse que l’on ressent est palpitante, le rythme et la tension de ce roman nous plonge dans un climat de terreur absolument hallucinant. Personnages attachants, intrigue excellente. Une bombe explosera en plein milieu de la Gare de Grand Central, combien il y aura t-il de survivant ?

Attendez vous à vous torturer l’esprit jusqu’à la toute dernière page. 😏🌸

Dixième  livre : Green Life de Victoria Arias

Capture d_écran 2017-04-29 à 22.50.53
Ce matin je me suis réveillée en me disant « Tu as 20 ans, il est grand temps que tu apprennes à cuisiner. » Parce que même si j’adooore manger, je déteste m’atteler à la tâche ardue de préparer le repas.

Mais peut être que ce joli livre de recettes qui propose également des coneils bien-être pour être en harmonie avec son corps et son esprit va me réconcilier avec les repas. 💚


(Ce livre est un peu spécial car c’est un livre de recettes…)

Onzième  livre : Mémé dans les orties d’Aurélie Valognes

Recette pour « Mémé dans les orties » 😻

Capture d_écran 2017-04-29 à 22.50.43Prenez un viel homme de 80 ans à la santé de fer, bougon, agressif et solitaire. Ajoutez-y une femme de 92 ans un peu geek. Mélangez avec une fillette de CM2 qui n’a pas sa langue dans sa poche. Soupoudrez le tout d’une pincée de douceur, d’une pointe de rafraîchissement et de beaucoup, beaucoup d’humour et vous obtiendrez ce délicieux roman qui vous mettra de bonne humeur pour le reste de la journée 😘🌸

On sent l’auteure éprise des maximes françaises : chaque chapitre apporte sa nouvelle expression .. 😻

Bienvenue au mois de mai ! 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s