« L’Europe des femmes » coordonné par Julie Le Gac et Fabrice Virgili – Chronique littéraire

Le 12 octobre en librairie ! 

Capture d’écran 2017-10-07 à 16.14.15.png

En voilà un Service Presse bien choisi… Merci mille fois aux Editions Perrin, une fois encore, une lecture passionnante et stimulante.

Vous connaissez mon combat quotidien pour qu’on reconnaisse l’égalité des sexes ? J’en avais un peu parlé lors de ma chronique sur « Une vie » de Simone Veil. Je suis profondément femme et féministe. Non, je n’ai pas honte de le dire, non ce n’est pas un « gros mot » et oui, j’en suis fière. 👋🏻 J’ai eu la chance de naître dans une famille où l’égalité est présente à tout point de vue. Ce sont des valeurs dont je suis fière et qui font partie de moi. Ce sont ces mêmes valeurs que je transmettrai à mes enfants.
Mais de plus en plus, j’ai l’impression que le terme « féministe » est associé à quelque chose de négatif… Je le remarque notamment avec les commentaires sous les articles de presse sur les réseaux sociaux, commentaires adressés à des femmes qui s’offusquent du comportement de certain(e)s. « Sale féministe », « dégage avec ta haine des hommes » sont des inepties qui reviennent malheureusement souvent… 🤦🏼‍♀️
Non, la féministe n’est pas contre les hommes. Attention à ne pas associer certains mouvements extrémistes de femmes (qui ne sont en aucun cas révélateurs de notre réel combat) avec ce que nous faisons. Il est très important de bien distinguer la différence. Malheureusement, les extrémistes, quels qu’ils soient, font souvent bien plus de bruit que les autres… Ce qui peut expliquer les rapides associations féminisme/féminisme-radical qui sont pourtant deux courants, deux pensées et deux actions bien différents. 🤷🏼‍♀️

La (ou le!)  féministe prône l’égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes. Elle est pour l’égalité du genre humain. 💛 D’ailleurs, bon nombre d’hommes sont féministes ! Vous savez qu’on dit des français qu’ils sont des « féministes qui s’ignorent » ? Faites le test, demandez autour de vous…. 🙌🏻 : « Doit-on combattre les violences domestiques? », « L’accès des femmes aux soins qui leur sont spécifiques doit-il être garanti? », « Les femmes devraient-elles avoir accès aux mêmes opportunités professionnelles que les hommes? ». Fort est à parier que votre entourage accueillera positivement ces questions. Pourtant ils sont peu à affirmer être féministe car de nos jours, c’est presque devenu un tabou, un mauvais mot, un synonyme de haine des hommes. Ça n’a pourtant rien à voir.

Je suis profondément femme et féministe. Je suis fière de l’affirmer. Je suis de ce genre là…

Pour toutes ces raisons, cette lecture a été un réel bonheur pour moi. J’y ai découvert l’histoire de femmes qui à travers leurs écrits, incarnaient un modèle de courage, d’intelligence, de force… et de féminisme.


Quatrième de couverture 

Pour la première fois, voici rassemblés et commentés plus de 70 textes fondateurs de l’histoire des femmes, du XVIIIe siècle à nos jours.

Avec cet ouvrage, nous revenons aux sources. Fictions, chansons, discours, essais, correspondances – dans leur langue originale et leur traduction française – mais aussi documents iconographiques se font ici l’écho de trois siècles d’histoire européenne et des aspirations ou, au contraire, des obstacles à une plus grande égalité entre les sexes.
Qu’il s’agisse de textes devenus classiques, comme ceux d’Olympe de Gouges, d’Alexandra Kollontaï et de Virginia Woolf, ou d’autres moins connus, tous font entendre la diversité des expériences du peuple des femmes, de toutes conditions (domestiques, paysannes, artistes, ouvrières, intellectuelles…), aussi bien à Paris qu’à Moscou, Madrid ou Londres. Ce livre interroge l’éducation des filles, l’influence des religions, le rapport au corps, l’expérience de guerre, les féminismes et les luttes menées au nom de l’égalité civile et politique, ou encore la reconnaissance conquise dans les arts et les sciences, offrant ainsi à la riche et passionnante histoire des femmes une somme unique et essentielle.


Qu’en ai-je pensé ?

Le XXème siècle voit naitre « la femme nouvelle » qui se bat pour son émancipation. C’est ce que l’on tend à découvrir dans cette oeuvre.  C’est une lecture formidable car elle retrace l’Histoire à travers des destins de femmes qui ont oeuvré pour la création du Monde d’Aujourd’hui. Comme l’annonce le synopsis, certains textes publiés sont si connus qu’on ne les présente plus. Je pense notamment à Simone de Beauvoir, Anne Franck ou Virginia Woolf.

A contratio, les auteurs mettent en parallèle de nombreux écrits presque inconnus mais pourtant absolument passionnants. On y apprend énormément.

Les questions que l’on se pose sont malheureusement quelques fois toujours d’actualité. On s’interroge sur la place des femmes au sein de notre société, on exprime le besoin de changement, de renouveau. On souhaite obtenir des « grands de ce monde » une place à proprement parlée et non cachée derrière un homme. Pourquoi la femme ne peut-elle pas apprendre la politique ? Qui l’en empêche ? La société ? Qu’à cela ne tienne : changeons la société ! Cela passera par des discours, pas des écrits. Elles s’expriment pour leurs droits et pour qu’on les reconnaisse en temps que l’égale de l’homme.

Leurs textes sont titrés de philosophie politique et cela nous parle. Il ne peut en être autrement. L’engagement est tel qu’il est impossible d’échouer. Et pourtant… Il est bien difficile de changer les mentalités ancrées depuis si longtemps.

Capture d’écran 2017-10-07 à 16.36.21.png

1980… C’était hier !!

On se soulève contre la figure maternelle traditionnelle et la glorification de la maternité. Pourquoi une femme devrait-elle obligatoirement s’épanouir avec un enfant ?Avant d’être mère, la femme est femme. Pourquoi devrait-elle s’arrêter de vivre et se concentrer exclusivement sur l’éducation de ses enfants ?

L’ouvrage est séparé en plusieurs grands thèmes afin de catégoriser les écrits et de ne pas donner une impression brouillon ce qui pourrait gâcher le plaisir de cette lecture. Les femmes de ce livre se lèvent et expriment leur colère. On parle politique, guerre, sexualité, homosexualité, maternité (et surtout le choix d’avoir ou non des enfants !), contraception, religion, acceptation de soi, art, scolarité et études, travail et harcèlement, exil ou encore sciences… Tant de thèmes captivants qui sont encore aujourd’hui de véritable sujets de contradiction.

J’ai énormément apprécié cette lecture car au delà de l’évident sujet du féminisme qui me passionne, j’ai pu découvrir des auteurs et des textes qui m’étaient inconnus. Je vous le recommande, homme et femme du XXIème siècle qui souhaitent apprendre d’hier pour créer demain ! 

 

 

Publicités

10 réflexions sur “« L’Europe des femmes » coordonné par Julie Le Gac et Fabrice Virgili – Chronique littéraire

  1. Sehria dit :

    Il a l’air super ce livre : à rajouter (je vais me retrouver avec une liste intenable !!!) 😉. Ton article donne envie de lire en tout cas ! La vie de ses femmes sont trop rarement mis sur le devant de la scène …
    Concernant le féminisme, c’est vrai qu’il a tendance à l’associer à de la misandrie du fait de certains groupes … Pour ma part, c’est l’afro-féminisme et j’espère trouver des lectures pour quand tu seras maman car c’est aussi un de mes objectifs pour ma fille 😊

    J'aime

    • Léger badinage dit :

      Haha je veux bien te croire il y a tellement de livres incroyables ! 😉Oui je suis bien d’accord toi et c’est bien dommage d’ailleurs. On a tellement à apprendre d’eux. Ahhh c’est bien d’avoir des lectures comme celle ci avec ta fille quand elle sera un peu plus grande.. Ca créer des liens 😊

      J'aime

      • Sehria dit :

        J’ai commencé doucement ; le livre traduit en créole c’est sur l’acceptation de soi par exemple. J’espère et surtout qu’elle soit indépendante et fière de ce qu’elle est 😊

        J'aime

  2. La cueillette d'une roussette dit :

    Ce livre m’intéresse grandement je dois le reconnaître ! 🙂 On n’a pas tous les jours l’occasion de lire ces textes parce que le train train dur quotidien domine pourtant il faudrait car je trouve cela intéressant et captivant de voir cette force féminine présente depuis des années et luttant ardemment !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s