« La vie devant soi » de Romain Gary (Emile Ajar) – Chronique littéraire

Il y a quelques temps, on m’a demandé pourquoi j’appréciai autant Romain Gary.

Il faut savoir que je n’aime pas un auteur pour ses oeuvres mais pour leur personnalité, leur caractère. Au delà de leur plume, au delà de leur genre littéraire de prédilection, j’aime un auteur pour ce qu’il a fait de sa vie, ce qu’il a apporté à la société. J’aime un auteur pour son caractère et pour son engagement.

J’aime Zola pour son esprit contestataire, sa force émotionnelle et son besoin de défendre l’Autre, dès qu’une injustice pointe à l’horizon. J’aime ses idées. J’aime qu’il soit de son temps mais pourtant si moderne. Certains écrivains caressent le public dans le sens du poil… Lui le secoue, le défie, le frappe. Et sa jouissance de créateur lui vient de son audace à braver l’opinion. Chacun de ses romans est un scandale.

Romain-Gary_0_1400_948.jpg

Gary quand à lui est un conteur tourmenté, torturé et terriblement touchant. J’aime les âmes en peine, ceux qui souffrent au-delà de la réalité humaine, les différents, les originaux et ceux qui trompent le Monde avec une assurance qui cache une tristesse profonde et obscure. Romain Gary était de ceux là. Il s’est d’ailleurs suicidé à Paris, en 1980, une année après son épouse, l’actrice Jean Seberg.

J’ai emmené dans mes valises une biographie de Romain Gary qui sera sans nul doute une de mes prochaines lectures. La reconnaissance d’un lecteur à un auteur, d’un écrivain à un autre écrivain dépasse la mort et se transmet, année après année, avec la même  volonté ardente et passionnelle de partager les mots.

« La vie devant soi » est une oeuvre très connue car elle a permis à Romain Gary d’obtenir une seconde fois le Prix Goncourt. En 1956, il obtient le Prix Goncourt avec son oeuvre « Les racines du ciel ». En 1975, ce célèbre et prestigieux prix est décerné à un certain Emile Ajar. Nul ne connait Emile qui se fait très discret… et pour cause ! Emile Ajar est en réalité un pseudonyme pris par Gary. Malgré les soupçons et les doutes, Gary ne cède pas et la révélation sur sa « double vie » d’auteur est découverte seulement à sa mort en 1980.

Le prix Goncourt, « La vie devant soi » le mérite ! Et pas seulement parce que l’auteur est Romain Gary ! C’est une oeuvre d’une justesse et d’une sensibilité considérable. Le jeune Mohammed – dit Momo -, de père inconnu et fils d’une prostituée, est élevé par Madame Rosa depuis ses 3 ans. Momo et Madame Rosa habite au sixième étage d’un vieil immeuble parisien qui tombe presque en ruine. Autrefois avec d’autres enfants mais maintenant seulement tous les deux car Madame Rosa vieillit. Bientôt, la démence sénile la guette et le médecin veut la placer à l’hôpital « pour son bien ».

Mais Madame Rosa veut mourir dans ce qu’elle appelle son « trou juif », petite cave sous l’immeuble où elle se glisse lorsqu’elle a peur.

Momo va lui tenir compagnie jusqu’à ce qu’elle meure et même au delà de la mort.

Gros coup de coeur pour cette belle leçon de vie, cette incroyable histoire d’amour entre une vieille femme juive et un petit garçon arabe qui s’aimaient plus que la vie, plus que la mort.

« Moi si j’étais en mesure, je m’occuperais uniquement des vieilles putes parce que les jeunes ont des proxynètes mais les vieilles n’ont personne. Je prendrais seulement celles qui sont vieilles, moches et qui ne servent plus à rien, je serais leurs proxynète, je m’occuperais d’elles et je ferais régner la justice. Je serais le plus grand flic et proxynète du monde et avec moi personne ne verrait plus jamais une vieille pute abandonnée pleurer au sixième étage sans ascenseur. »

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s