Discours pour le droit à l’avortement – 1974 – Simone Veil

Je voudrais vous faire partager une conviction de femme. Je m’excuse de le faire devant cette assemblée presque exclusivement composée d’hommes. Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. C’est toujours un drame, cela restera toujours un drame.

En ce premier anniversaire de la mort de l’extraordinaire Simone Veil, grande femme politique française, ministre de la Santé sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing et membre de l’Académie Française, les Editions Points ont décidé de rééditer son discours le plus connu, celui pour le droit à l’avortement de 1974. Grâce à cette Loi Veil, elle deviendra l’icône de la lutte pour les droits des femmes.

IMG_8114

300 000 femmes chaque année, de la souffrance, de l’humiliation, du jugement.. Cela ne pouvait plus durer. Imaginer donc une seule femme face à une Assemblée presque uniquement composée d’hommes – cette même Assemblée encore profondément ancrée dans une société aux valeurs patriarcales – tentant de les convaincre que la femme doit pouvoir disposer de son corps et choisir si elle veut (ou non!) être mère à un moment précis de sa vie.

Ce discours c’est de l’art ! C’est une superbe plaidoirie pour l’avancée de l’émancipation de la femme.

Rien de tel qu’une excellente préparation, un engagement certain et de bons arguments pour convaincre un jury. Préparée, Simone Veil l’était! Elle a travaillé pendant plusieurs années à l’élaboration de ce projet de loi aux côtés du Président de la République, des socialistes et des communistes.

Engagée, et bien… on parle de Madame Veil tout de même!

simone-veil-son-combat-pour-livg.png

Quand aux bons arguments… De toute évidence elle savait comment convaincre une bonne partie de l’Assemblée. Pour réduire leur crainte, elle a avancé leur raisonnement. Vous avez peur d’une baisse de natalité? Pourquoi? Les avortements légaux remplaceront simplement les avortements clandestins. Cette loi permettra au contraire  de stopper les dérives des avortements illégaux, de protéger au maximium la santé de la mère qui sera encadrée par des médecins dans un environnement hospitalier.

Le but de Madame Veil est de démocratiser un acte qui de toute manière existe déjà, de stopper l’anarchie et de réduire le désordre causé par les avortements clandestins car une femme, si elle a l’argent nécessaire et les contacts, trouvera toujours le moyen d’interrompre sa grossesse si tel est son souhait. Pour autant, tout le processus sera controlé. Ainsi, deux entretiens avec la mère ainsi qu’un délai de huit jours nécessaires à la reflexion précéderont l’interruption volontaire de grossesse. L’établissement effectuant cet avortement aura l’obligation d’informer la femme des modes de contraception existants sous peine d’étre menacé d’une fermeture administrative. On parle également du rôle du père de l’enfant dans la prise de décision d’interruption de grossesse. Madame Veil estime, comme l’avis général d’ailleurs, que le père a son mot a dire mais qu’il « n’est pas possible d’instituer en cette matière une obligation juridique ». 

Mon corps, mon choix. 

Pour convaincre les plus réticents à la loi (notamment les giscardiens, les gaullistes et les centristes), Simone Veil propose que la loi soit effective pendant cinq ans et dans ce laps de temps la natalité et les effets provoqués sur la société française seront évalués. C’est une mesure tout à fait exceptionnelle en matière de droit français. C’est donc en 1979 que Simone Veil voit son projet difficilement mais définitivement adopté.

Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les 300 000 avortements qui, chaque année, mutilent les femmes de ce pays, qui bafouent nos lois et qui humilient ou traumatisent celles qui y ont recours. (…) Je ne suis pas de ceux et de celles qui redoutent l’avenir. Les jeunes générations nous surprennent parfois en ce qu’elles diffèrent de nous ; nous les avons nous-mêmes élevées de façon différente de celle dont nous l’avons été. Mais cette jeunesse est courageuse, capable d’enthousiasme et de sacrifices comme les autres. Sachons lui faire confiance pour conserver à la vie sa valeur suprême.

Pour voir Madame Veil faire son discours de 1974 dans un document d’archive, cliquez ici

Publicités

3 réflexions sur “Discours pour le droit à l’avortement – 1974 – Simone Veil

  1. Littenerante dit :

    Chronique très intéressante ! Je lirais bien son discours dans les détails moi aussi.
    Sinon paradoxalement j’ai pu parfois lire/entendre certains détraqueurs reprocher à Simone Veil son manque d’engagement féministe. Que justement, dans cette loi, elle mettait surtout en avant un problème de santé public plutôt que de liberté de la femme… Pourtant à lire les extraits de ces discours et de ce qu’on connait de cette femme, ça me semble un peu de la mauvaise foi. Toi qui a lu le discours qu’est-ce que tu en penses ? Qu’est ce qui ressort le plus ?

    J'aime

    • Léger Badinage dit :

      Merci pour ton commentaire. 🙂
      Dans le livre il y a également son discours d’entrée à l’Académie française ainsi que celui de Jean d’Ormesson « Vous êtes du côté des femmes. » Mais si tu ne veux pas acheter le livre tu peux lire le discours complet sur internet, ici par exemple : https://www.nouvelobs.com/politique/20170630.OBS1430/verbatim-l-integralite-du-discours-de-simone-veil-du-26-novembre-1974-sur-l-ivg.html

      Je vois très bien ce que tu veux dire. Je pense que Simone Veil a évolué dans un milieu presque entièrement composé d’hommes, dans une société patriarcale qui ne tendait à aucun changement et qu’elle savait quel type de public elle avait en face d’elle. Elle était intelligente, elle savait que pour son projet de loi passe, il fallait qu’elle convainque l’assemblée (composée presque uniquement que d’hommes!). On peut lire entre les lignes de son discours pour voir qu’elle prenait des pincettes, avançait pas à pas pour ne pas « vexer » les hommes. C’est l’Art de faire croire que ce sont eux qui décident alors que c’est un véritable tour de maitre. Je ne sais pas si je suis très claire. Je pense qu’elle a adapté son discours pour que les hommes changent de point de vue sans les « offenser ». C’était une autre époque.. (Même si malheureusement certaines choses restent inchangées).

      Aimé par 1 personne

      • Littenerante dit :

        Merci pour le lien ! Je pense que je m’acheterais quand même le livre un de ces quatre.

        Si si je comprend tout à fait ce que tu veux dire ; et je pense que tu as tout à fait raison. Je ne portais pas spécialement de crédit à ces critiques mais je suis contente d’avoir un argument solide et réfléchi qui va au dela de l’admiration aveugle. Surtout que comme toi je trouve ça remarquable comme tour de force ce qu’elle à réussi à faire, et tout ce qu’il y a lire entre les lignes comme tu dis.
        D’ailleurs, encore d’actualités et inchangées oui avec ce qu’il vient de se passer en Argentine aujourd’hui 😦 . J’ai pu lire des discours de certain.es Argentin.es assez proche de celui de Veil finalement, à propos du planning familial et de la santé. C’est vrai que c’est plus facile comme angle d’attaque que de juste dire « mon corps mon choix » .

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s