« Mai 68 – Mémoires » de Maurice Grimaud – Chronique littéraire

Son témoignage est, et reste, irremplaçable pour qui veut comprendre. « 
O. Wieviorka

Sans titre.jpg

Mai 68, une page d’histoire que l’on ne peut oublier… Le plus grand mouvement de contestation sociale, politique et culturelle qui eu lieu en France entre mai et juin 1968.  Elle a fait couler beaucoup d’encre (et parfois même le sang) sur les barricades des étudiants en colère. De mai 68, la société retient les protagonistes les plus connus : Daniel Cohn-Bendit, Alain Geismart, Jean-Paul Sartre,  George Pompidou, le Général de Gaulle…

mai68-pays-sipa
Pourtant, un homme méconnu du grand public a été un acteur fondamental du mouvement de mai 68. Il s’appelait Maurice Grimaud et il était Préfet de police de la ville de Paris en mai 68. Il avait 55 ans. On le surnomme « l’homme qui a évité le bain de sang » car il était réticent à employer la force contre les manifestants. Alors qu’il refusa d’envoyer les CRS pour évacuer les étudiants de La Sorbonne qui faisaient blocus, le général de Gaulle a le dernier mot. Cet événement majeur lance les hostilités en ce mois de mai historique.

Ici, les insultes et les coups pleuvent, et il faut accumuler et maîtriser sa colère. On comprend mieux que lorsque l’occasion de frapper arrive, ces hommes pénètrent dans l’univers mystérieux de la violence. Les coups qu’ils vont porter seront le substitut de la mort qu’ils n’ont pas le droit de donner.

289136

Dans cette oeuvre – qui s’apparente presque à une autobiographie – Maurice Grimaud raconte avec objectivité les quelques mois de Révolution. Il y décrit le fonctionnement de ses services, ses choix, ses frustrations de ce mois de mai 68 qui a révolutionné la société sans renverser l’Etat.

On loue sa gestion de la crise, sa prouesse de réussir à maintenir l’ordre avec tolérance et fermeté mais aussi sa grande humanité ! La fracture béante entre les élites et la jeunesse avait à ses yeux trahi la belle espérance de la Libération.

Un témoignage capital et captivant publié aux Editions Perrin, que je conseille à tous les curieux et bien sûr, à tous les amoureux d’histoire. 

L’ordre, certes, allait revenir, et c’était bien, mais il ne fallait pas que soit étouffées les voix qui avaient pendant trente jours appelé la naissance d’un monde plus juste, moins oppressif. La France de l’ordre ne devait pas fermer ses oreilles aux cris de sa jeunesse, sinon tout recommencerait un jour…

 

 

Publicités

2 réflexions sur “« Mai 68 – Mémoires » de Maurice Grimaud – Chronique littéraire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s