« Le testament français » d’Andreï Makine – Chronique littéraire

« A vrai dire, nous commencions à perdre la tête : le Louvre, le Cid, à la Comédie Française, les barricades, les fusillades dans les catacombes, l’Académie, (…) nous avions affaire à un peuple d’une fabuleuse multiplicité de sentiments, d’attitudes, de regards, de façons de parler, de créer, d’aimer. » 

Makine, je t’aime.

IMG_1767.jpg

Je ne sais pas pourquoi je parle si peu de toi. Tout le monde sait que j’aime d’amour Zola, Gary, Eluard… Mais pourtant, tu es aussi important qu’eux à mes yeux. La différence entre vous, c’est qu’ils sont tous morts avant ma naissance.. et que toi tu es bien vivant.

Russe naturalisé français, tu manies la langue de Molière avec une justesse, une poésie et un talent remarquable. Tu as 61 ans seulement, tu es le benjamin de l’Académie Française dont tu es membre depuis 2016.  Le livre que je présente aujourd’hui t’a valu ton Goncourt, amplement mérité, en 1995. Le testament français, c’est une déclaration d’amour à ton pays d’adoption sous la forme de milliers de souvenirs épars qu’un jeune narrateur franco-russe (toi?) nous raconte. Il nous offre ses souvenirs avec la voix et les yeux pétillants de tendresse de Charlotte, sa grand-mère adorée.

Charlotte raconte. Et toi, tu écoutes ton héritage. Elle quitte la jolie banlieue de Neuilly sur Seine pour rejoindre son amour en Sibérie, troquant sa belle maison contre une isba en plein coeur d’une contrée sauvage. (Rappelons le, au moment où se passe ces souvenirs, nous sommes au début des années 1900.) La Russie est belle, immense, « aussi vaste qu’un monde, où l’horizon lointain ne semble pas finir, un pays à l’âme féconde, très grand dans le passé, plus grand dans l’avenir. »

« C’est ainsi que dans notre cuisine enfumée, durant les veillées d’hiver, ce passé fabuleux renaissait. » Superbe récit de transmission, de culture, d’éducation, d’une grand-mère à son petit-fils dans les années 50. C’est une France rêvée, enjolivée parfois, qui renait sous les mots de ce narrateur amoureux d’une vie « à la française » qu’il ne connait finalement que très peu encore. Etonnant mélange de doux souvenirs et d’horribles scènes de guerre et de mort, tu nous dévoiles, une fois encore, ton talent et ta plume inimitable.

Le testament français, c’est ton cri d’amour, ton offrande, ton coeur déposé au pied de la France. Ta plume émeut aux larmes, elle m’éblouit. Livre après livre, l’enchantement reste toujours le même. La France a de la chance de te compter parmi ses écrivains, tu enrichis notre culture. Merci.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s