« Gaspard, entre ciel et terre » de Marie-Axelle et Benoit Clermont

J’ai prié pour que tu meures un jour où je pourrais être consolée. J’ai prié pour que tu meures un jour où tu ne serais pas seul. 

Je n’écrirai pas de chronique littéraire pour ce livre. L’histoire ne s’y prêterai pas. Ce n’est pas un livre comme les autres, c’est un témoignage, un hommage et un cri d’amour familial. Non, j’écrirai plutôt une lettre de remerciement.. Merci Marie-Axelle, merci Benoit. Et bien sûr, merci Gaspard.

IMG_3236.jpg

Comme beaucoup d’autres, j’ai tout d’abord connu votre histoire sur les réseaux sociaux. À l’âge de treize mois, votre petit dernier, Gaspard est diagnostiqué de la maladie de Sandhoff, maladie neuro-dégénérative rare, sans espoir de guérison. Gaspard souffrait, en courageux petit soldat. Vous étiez à ses côtés et vous portiez sa souffrance.

Vos posts si émouvant, si humains et si forts m’avaient profondément émue et bien que je ne vous connaisse pas personnellement, j’avais l’impression de souffrir avec vous. Nous partageons cette foi qui, je le crois, donne à ses fidèles un courage immense face aux grandes difficultés que la vie peut imposer. Je gardais Gaspard dans mes prières.

Dans ce petit ouvrage, vous racontez le chemin parcouru de la naissance de votre fils en 2013 jusqu’à son décès, un mercredi de février 2017. Mercredi, « le jour des enfants« .

Ecrire votre souffrance au décès de votre petit garçon n’aurait pu être qu’un exutoire, vous en avez fait une gigantesque ode à la vie – terrestre et céleste, un témoignage fort, puissant, plein d’espérance. Vous êtes des passeurs de courage, d’amour. Merci de nous avoir transmis vos émotions, vos joies et vos peines, la force extrême qu’il vous a fallu pour surmonter cette épreuve mais aussi vos moments les plus durs, où vous désespériez de trouver le courage nécessaire.

Merci pour votre partage, pour la #TeamGaspard, pour la force que vous nous donnez et pour tout l’amour que vous distribuez autour de vous.


« Normalement, dans la vie, les parents ne voient pas leur enfant mourir. Ce n’est pas dans l’ordre des choses, et la raison en est simple : c’est infiniment trop dur à supporter.
Pourtant, Gaspard nous a appris à aimer mieux, à nous donner plus. Avec lui, c’était somme toute assez simple. Il ne demandait qu’une seule chose : être cajolé, dorloté, caressé, bercé, câliné, embrassé, enlacé. Bref, aimé ! Cette capacité à aimer, nous la possédons tous. Chacun d’entre nous. »
M-A Clermont

Publié en poche aux Editions Points que je remercie pour cet envoi.

 

 

Publicités

Une réflexion sur “« Gaspard, entre ciel et terre » de Marie-Axelle et Benoit Clermont

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s