« Moi, Christiane F, 13 ans, droguée, prostituée »

J’avais 13 ans quand mes parents m’ont offert ce livre. L’âge de Christiane à l’époque où sa vie lui échappe. L’âge où elle se prostitue pour la première fois pour acheter son héroïne. J’ai grandi avec Christiane. Je l’ai tant lu que j’ai l’impression de la connaitre. Coup de poing monumental, la descente aux enfers d’une gamine paumée de Berlin ouest à la fin des années 70.

unnamed.jpg

C’est difficile de donner un avis sur un livre comme celui-ci. On ne peut pas réellement « aimer » car ce serait un peu malsain… Je me suis attachée à Christiane et j’ai été sacrément embarquée dans son histoire. A chacune de mes lectures. On se dit d’abord « ça? jamais! » et très vite, le « jamais » se transforme en « ce ne serait peut-être pas si mal » et puis ça y est, c’est fait. Prochaine étape. On a 12 ans et on fume notre premier joint, « pour faire comme les copains ». Et puis aussi pour exister, pour être intégré. On passe aux médocs, valium, mandrax, éphédrine, captagon…. tout y passe. Et puis si rapidement, si facilement, on touche au LSD. On souffle notre 13ème bougie et on sniffe de l’héroïne. « Tu rigoles mec, je serai jamais accro, c’est de temps en temps, juste pour le plaisir ». On a 13 ans et demi et ça y est, c’est fait. L’héro nous a eu. On est si accro qu’on est passé à la piquouze, c’est si facile, si facile. Il nous faut de plus en plus de doses pour planer. Et de plus en plus d’argent pour s’en procurer. Alors on va à la station Zoo de Berlin ouest, au baby tapin. Là bas, les michetons sont des pères de familles, des vieux et des « métèques » qui cherchent leur plaisir avec des corps d’enfants. C’est pas rigolo mais pas le choix, on ne pense qu’à ça, qu’à ELLE, cette belle poudre blanche qu’on mélange avec du citron dans une petite cuillère, petite cuillère qu’on chauffe au briquet pour désinfecter l’H avant de nous l’injecter dans le sang. On s’aide de cette seringue à usage unique qu’on utilise pour la huitième fois et puis on plane, c’est puissant. C’est dur une vie de camée. On perd tous nos copains. Soit par la maladie, soit par la prison, soit par overdose. Comme la meilleure copine de Christiane, la si jolie Babsbie au visage de poupon angélique, tristement célèbre pour avoir été la plus jeune victime par overdose d’héroïne. Elle n’avait que 14 ans. Les cures de desintox ne fonctionnent pas, on craque, on fuit, on continue. C’est notre vie maintenant. Une mise au vert s’impose… Fuir Berlin, s’échapper à la campagne pour échapper à cette poudre qui nous enflamme, nous embrase et nous détruit petit à petit.

Et si vous vous demandez ce que Christiane Felscherinow est devenue, elle a publié un livre en 2013. Ecrit seul, sans l’aide d’un ghost-writer, elle raconte la suite de son existence, après son départ de Berlin. Une vie compliquée rythmée par les rechutes dans les drogues dures. Elle est encore en vie… et c’est un petit miracle.

A lire à 13 ans, à 20 ans, à 50 ans, à 80 ans… A lire pour comprendre, pour réfléchir, parce que parfois, la réalité d’une situation est encore la meilleure des préventions. A bon entendeur..

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s