« Les 7 vies de Colette » de Frédéric Maget

« Il faut avec les mots de tout le monde écrire comme personne. »

Colette, divine Colette. Ce livre publié aux @Flammation est un doux mélange entre une biographie et un livre d’art. Il vous rend le plus merveilleux des hommages.

IMG_8822.jpg

Il y a quelques semaines, je vous écrivais mon amour pour la femme qu’était Colette. Aujourd’hui, je peux vous affirmer que je la connais. Et cela, c’est grâce au merveilleux livre de #FrédéricMaget publié chez @artflammation.

Il y a son enfance à Saint-Sauveur-en-Puisaye, son havre qu’elle a du quitter et cette période où elle a « cru mourir ». Pas commode en effet, pour une jeune femme née à la fin du XIXème siècle, dans une campagne « avare et resserrée » au sein d’une famille aimante mais déclassée et ruinée, d’échapper au sort commun. Pas commode pour Gabrielle de devenir Colette.  Il y a sa rencontre avec Willy, son mariage à 20 ans, les frasques amoureuses adultérines de l’un ou de l’autre… Le manque d’argent car Willy dépense sans compter… Et leur séparation, actée le 1er mai 1905.

Il y a son amour pour l’Amour : que l’objet aimé soit homme ou femme, jeune ou plus âgé. Colette aime l’Amour, sans compter.

Il y a sa rencontre avec la scène, « La scène, voici donc le métier de ceux qui n’en ont appris aucun » ; où elle joue les pantomimes dans les music-halls parisiens. En se produisant dans La Chair en 1907, elle déchire sa robe, dévoilant un sein. « Pour la première fois sur une scène française, on apercevait une femme à poitrine nue. » Plus qu’une provocation, c’est aussi et avant tout un acte de libération de son corps. Car Colette est terriblement libre !

Il y a son remariage, et sa stabilité financière. Il y a aussi la reconnaissance littéraire… Colette se consacre de plus en plus de temps à l’écriture. Il y a la naissance de sa fille Bel-Gazou, en 1913, lorsque Colette refuse tous les stéréotypes liés à la maternité. A travers sa fille, c’est encore le visage de l’homme aimé qu’elle recherche. « Quand vais-je t’aimer pour toi seule? » s’interroge t-elle. Elles passeront les quarante années suivantes à tenter de renouer un lien qui n’avait jamais existé.

Par faute de moyen (la crise économique n’épargne pas les écrivains..) elle est contrainte de trouver un second emploi. Qu’à cela ne tienne : elle vendra du maquillage ! Cela ne durera que quelques temps. A 60 ans, elle décide de reprendre la direction des salles de rédaction. Elle redevient journaliste !

Colette est un chat réincarné dans la peau d’une femme, elle a, comme lui, la soif d’indépendance et de liberté, l’insoumission absolue et talentueuse, la patte  agile et le corps libéré. Comme tout chat, Colette a eu sept vies. C’est bien ce que ce magnifique ouvrage s’emploie à nous montrer, au travers d’un voyage délicat dans le sillage de cette femme exceptionnelle et cette écrivaine à la plume aiguisée.  Pas une page sans photographie d’époque ! C’est merveilleux !

Dans toutes les croyances spirituelles, le chiffre 7 est un chiffre magique et qui exprime la perfection, ce n’est donc pas sans raison que l’auteur a choisi de nous brosser le tableau des sept vies de Colette.

Sur sa tombe, au Père Lachaise, un nom seul : Colette. Toute une vie et toute une oeuvre pour pouvoir signer « légalement, littérairement et familièrement » d’un nom qui était le sien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s